SORTIE DE CRISE : Sidi passera le témoin à M’baré

Décidément le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi n’a pas fini d’entendre parler du Palais des congrès. C’est là qu’il fut solennellement installé le 19 Avril 2007, c’est là qu’il fut retenu contre son gré au lendemain du putsch ayant mis fin à sa présidence et c’est là qu’il devrait annoncer sa démission de la magistrature suprême.



SORTIE DE CRISE : Sidi passera le témoin à M’baré
Depuis ce matin (ndlr lundi) le ministre sénégalais des affaires étrangères Cheikh Tidjane Gadio est dans nos murs pour la énième fois pour débloquer encore une fois les fameux accords cadres de Dakar. Des sources dignes de foi ont indiqué que le président sénégalais Me Abdoulaye Wade pourrait se joindre à lui demain afin d’assister à l’acte final annonçant le début de la mise en œuvre de ces accords. Les parrains sénégalais devront superviser au palais des congrès, la formation du Gouvernement Transitoire d’Union Nationale et l’annonce de la démission du président, Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Ce dernier devrait venir de son village de Lemden et dans un premier temps il devrait recevoir la démission de Yahya Ould Ahmed El Waghf ensuite il appellera Moulaye Ould Mohamed Laghdaf qu’il chargera de former un nouveau gouvernement. Le gouvernement étant formé Sidi Ould Cheikh Abdallahi signera le décret le nommant puis fera un discours dans lequel il annoncera sa démission. Ce sera alors au président du Sénat Ba Mamadou dit Mbaré qui sera désigné président de la République par intérim. A partir de cet instant on reviendrait à l’ordre constitutionnel. Bien évidemment il en découle que le gouvernement serait considéré comme démissionnaire mais chargé de l’expédition des affaires courantes et notamment de la gestion du processus électoral.
Sidi Ould Cheikh Abdallahi aura fait de la résistance jusqu’au bout et ce n’est qu’après avoir reçu des assurances que le sort du HCE serait réglé par le gouvernement qu’il aurait accepté finalement de se prêter au jeu de la démission. Il faut signaler que selon les accords cadres de Dakar le gouvernement dit d’union nationale chargé de la transition aurait du voir le jours il y a huit jours, mais les négociations avaient achoppé sur le sort à réserver aux hautes fonctions comme les commissariats, qui n’avaient pas été inclus dans les accords. Finalement, les protagonistes opteront pour leur neutralisation afin qu’ils ne soient pas utilisés dans les campagnes électorales.

MSS



Mardi 16 Juin 2009
Boolumbal Boolumbal
Lu 198 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter