Redynamisation de l’UPR : Pour quel enjeu ?



Les manœuvres visant la redynamisation de l’Union Pour la République, principal parti de la majorité présidentielle se sont achevées ce lundi (5 mars). Lancée par son fondateur, le président de la République, Mohamed ould Abdel Aziz, le processus doit conduire à une campagne de réimplantation ; autrement dit : renouvellement des structures du parti, de la base au sommet. Et, selon diverses rumeurs, tout le travail effectué par la commission de redynamisation, jusqu’au congrès extraordinaire du 5 Mars, doit aboutir à un certain nombre de décisions, comme la réduction du nombre des membres du conseil national et du bureau exécutif. Comme on le sait, il s’agit d’instances importantes du parti, marquées actuellement par la pléthore de leurs membres, cooptés selon des règles de complaisance et de proximité. Sans quasiment aucun critère objectif. Nos sources laissent entendre qu’il en sera fait table rase, pour céder la place à des élections, à tous les niveaux de représentativité. Une première pour ce grand parti qui pourrait offrir crédibilité à ses structures. Selon un député, si cette option est retenue, l’UPR ne s’en sortira que ‘’grandi et renforcé’’. Espérons que le souhait de notre député – très certainement celui de beaucoup d’autres membres de ce parti – ne sera pas exaucé. Depuis sa fondation et pas plus que le défunt PRDS, le parti-État n’a jamais pu ou su faire élire ses instances. Tous sont cooptés, voire imposées. Avec pour conséquences, des querelles de tendances minant l’ensemble. Les missions de désignation de candidats à des élections ont toujours fini en foire d’empoignes. Tentant de mettre de l’ordre dans cette mare, l’UPR avança des critères, pour le choix de ses candidats à la mairie et à la députation. Les premiers devraient être titulaires d’au moins le BEPC, les seconds, du baccalauréat. La décision souleva grand tollé, pour ne pas dire vagues, au sein, surtout, des notabilités, avant d’être renvoyée aux calendes grecques. Résultat, on aura enregistré la législature la plus médiocre de l’ère démocratique du pays. Des maires et députés analphabètes, ignorant tout de leur mission. Espérons qu’Ould Abdel Aziz reviendra sur cette décision, si tant est qu’il veuille réellement crédibiliser son parti.



Les paris sont ouverts, Ghazwani à 2 contre 1 ?


Il semble accorder, en tout cas, de l’importance aux échéances électorales en vue, quand bien même ne se présentera-t-il pas en 2019. Depuis sa récente sortie dans le magazine Jeune Afrique où il réaffirme de pas vouloir un troisième mandat et qu’il soutiendra un candidat à sa succession, une espèce de désarroi s’est emparée de la classe politique du pays. On se tâte. Côté pouvoir, certains s’obstinent à pousser le Président de la République à faire sauter le verrou de la Constitution limitant le mandat présidentiel à deux, à se dédire, donc, et à parjurer : ils craignent un sort funeste, après le départ de leur maître. Côté opposition, d’autres s’obstinent à douter de la parole d’Ould Abdel Aziz, quand d’autres craignent le voir sortir par une porte et revenir par une autre. L’UNAD a ainsi déclaré, récemment, que le Président cherche un troisième mandat par « substitution ». Tout en continuant à dérouler ses manifestations, dans les quartiers populaires de Nouakchott, l’opposition semble maintenant se préoccuper de savoir sur quel dauphin Ould Abdel Aziz misera.

Nombre d’options en ce sens sont annoncées par la presse. Parmi les plus cités, le chef d’état-major des armées, Ould Ghazwani, semble en pole-position. Cet alter-ego de l’actuel Président troquerait sa vareuse avec le costume civil et pourrait être mis sur orbite, non seulement, par Ould Abel Aziz mais, aussi, par tous les corps d’armée et de sécurité. L’homme rassurerait, dit-on, autant le Président sortant et la Grande Muette que la plupart des chancelleries occidentales installées à Nouakchott. Mais rien n’est encore sûr. Les grandes manœuvres ne font que commencer.

Encadré



Le conseil national de l’UPR, tenu ce lundi, s’est transformé en un congrès extraordinaire auquel ont participé plus de 200 membres du Conseil ainsi que des membres du comité spécial chargé de diagnostiquer l’état du parti et d'activer ses organes. Le conseil national a adopté les conclusions sanctionnant les travaux des journées de concertation

Le congrès extraordinaire a décidé du renouvellement, à partir du 15 mars, des instances du parti et d’organiser un congrès national à la fin du mois, pour mettre en œuvre les décisions des journées consultatives

Parmi les décisions issues de ces journées, des amendements au Statut dont la création de nouveaux organes de partis et la création d'un bureau politique composé de cinq membres chargés de la coordination entre le parti, le gouvernement et le Parlement, la création d’une nouvelle structure qui aura sa place entre l’unité de base et la section, ainsi que la mise en place du système de proportionnalité dans l'élection des organes du parti à partir de la section, la désignation des délégués au congrès, en plus de la désignation également des délégués au congrès au niveau municipal.

Ainsi les bureaux exécutifs des instances de base seront à leur tour réorganisés et les représentants des jeunes et des femmes seront membres de droits des ces instances exécutives. Notons aussi que l’effectif des membres du Conseil National passera de 215 à 120 et le nombre des membres du Bureau Exécutif passera de 33 à 21.


DL


Source: http://lecalame.info

Jeudi 8 Mars 2018
Boolumbal Boolumbal
Lu 59 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter