RMEPES-FRANCE: DÉCLARATION



À l'occasion de la journée commémorative de l'abolition de l'esclavage (10 MAI de chaque année en France), l’ARMEPES-FRANCE (Association des Ressortissants Mauritaniens pour l’Éradication des Pratiques Esclavagistes et ses Séquelles) participe à la manifestation annuelle par cette déclaration communiquant certains FAITS. En effet si aujourd'hui on est au stade de souvenirs en France d'une abomination comme l'esclavage , il est lieu de préciser qu'en Mauritanie cette pratique et ses séquelles sous différentes manifestations font partie de l'actualité.

Ainsi, nous, l’ARMEPES-FRANCE et nos partenaires du forum GANBANAAXU FEDDE portons à la connaissance de nos contacts nationaux et internationaux ce qui suit :

~ les pratiques esclavagistes existent toujours en Mauritanie,
~ les séquelles esclavagistes entretenues par un ordre féodalo-esclavagiste concerne presque toutes les communautés mauritaniennes,
~ le militantisme abolitionniste doit être SÉRIEUSEMENT pris en compte dans l'engagement des mauritaniens de la diaspora soucieux de l'avènement d'une Mauritanie POLITIQUEMENT, SOCIALEMENT et ÉCONOMIQUEMENT Juste, Égalitaire et Digne pour TOUS,
~ le système des castes portant une certaine émanation de l'ordre féodal trop prégnant, fait partie des passifs tabous qui créent des méfiances et des mésententes nocives au lien social dans nos communautés,

~ Quelques Faits :

■ Depuis fin 2016, un vieux centenaire appartenant à la caste assignée esclave est sous la menace d'être dépossédé de son jardin (occupé depuis plus de 50 ans) dans la commune de Dafort (village soninké dans le Sud Mauritanien) par les féodaux locaux.
■ Le 6 Mars dernier, l’AMEES a organisé une journée de l’antiesclavagisme à Sélibaby , capitale régionale du Guidimagha, et depuis cet événement inédit, les participants font face à d'innombrables provocations et chantages divers de la part du milieu féodalo-esclavagiste dans différents villages soninkés.
■ Dans le village de Coumbadaw, la chefferie féodale et la caste maraboutique se permettent d'empêcher une personne de prêcher au sein de la mosquée parce qu'elle ose dénoncer l'esclavagisme sociétal en milieu soninké. Dans cette même localité, après une altercation due aux différentes provocations de l'ordre féodalo-esclavagiste, un ministre du gouvernement mauritanien Amedi Camara, soninké issu de la féodalité communautaire s'est permis une interférence partiale.
■ À ce jour, 2 jeunes du village d’Oulymboni sont aux arrêts à la prison de Sélibaby depuis le 26 Avril 2017. Impliqués dans une bagarre avec un élément féodalo-esclavagiste suite à ses provocations réitérées par des propos injurieux et apologistes de l'esclavage. Et là encore les milieux féodaux bien introduits au sein du pouvoir mauritanien, sont montés pour qu'on corrige ceux qu'ils considèrent comme “rebelles” antiesclavagistes dans le Guidimagha.



■ Pour finir, ce 7 Mai 2017, l'icône de la lutte abolitionniste mauritanienne Biram Dah Abeid, président d’IRA-Mauritanie a été expulsé injustement du Guidimagha. De retour de l'étranger, le leader abolitionniste voulait visiter certaines localités de la région, mais sous l'influence des milieux féodalo-esclavagistes , les autorités régionales s'exécutent en violation flagrante de la LOI relative à la liberté de circulation sur le territoire national pour tout CITOYEN.

Nos contacts : 0662320356 ou 0695366254

Paris , le 13 Mai 2017

La Cellule de Communication (La CeCom)



Dimanche 14 Mai 2017
Boolumbal Boolumbal
Lu 103 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter