Mauritanie : vers la création d’un institut de promotion des langues nationales avant fin 2021



Consolidation de l’enseignement de l’arabe, promotion des langues nationales et renforcement de l’enseignement du français, c’est le tiercé gagnant de la concertation nationale sur la réforme du système éducatif qui vient de clore ses travaux cette fin de semaine à Nouakchott.

Ce n’est certainement pas une grande satisfaction pour les agitateurs politiques extrémistes arabes dont les intentions sont claires pour faire capoter toute concertation politique sur l’éducation nationale.

L’agitation permanente sur la transcription des langues nationales en caractère arabe s’inscrit dans cette démarche pour brouiller les cartes de la concertation régionale avant la concertation nationale. C’est un pas en avant pour l’opposition mauritanienne, la société civile, les associations nationales culturelles, défenseurs de la promotion des LN.

C’est également un point positif pour Ould Ghazouani qui a fait de la réforme de l’éducation nationale son cheval de bataille.

C’est surtout un saut qualitatif vers un système éducatif unique en Mauritanie pour les observateurs qui pointent des enseignements de la réforme de 1979 à savoir l’introduction des LN à l’école et du premier objectif de la réforme de 1999, le bilinguisme. Ainsi dans le nouveau système, l’écolier mauritanien étudiera dans sa langue maternelle.

Autrement dit, l’enfant arabophone apprendra une des trois langues (pulaar, sooninke et wolof) et l’enfant pulaarophone soonikophone et wolofophone apprendra l’arabe comme langue de communication. L’enseignement des sciences étant assuré en langues nationales. Et le français est enseigné dès la deuxième année du Fondamental. Cependant des zones d’ombre subsistent sur le renforcement de l’enseignement du français.

Le document final nage sur des généralités qui laissent planer à des doutes sur la création d’un institut de promotion des LN avant fin 2021 pour préparer la rentrée des premières classes expérimentales en octobre 2023. A regarder de près les mesures transitoires qui consistent à développer l’enseignement préscolaire en arabe avec un saupoudrage des LN au plan des activités ludiques et d’éveil et surtout l’apprentissage de l’alphabet arabe.

Les disciplines scientifiques au niveau du Fondamental sont dispensées en arabe. Pour les observateurs, il s’agit de faire passer une réforme qui consolide avant tout l’enseignement de l’arabe dans tous les domaines.

Cherif Kane

Source: Kassataya


Lundi 22 Novembre 2021
Boolumbal Boolumbal
Lu 58 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter