Mauritanie/présidentielle : faute de parrains, un candidat jette l'éponge



Le médecin Mame Ndiack Seck, candidat déclaré à la présidentielle du 22 juin prochain en Mauritanie, a renoncé à sa candidature pour avoir échoué à réunir les 100 signatures de conseillers municipaux (dont cinq maires) requises pour la recevabilité, a rapporté la presse locale.

Le délai légal pour le dépôt des candidatures au Conseil constitutionnel a expiré le 8 mai à minuit.

"Après plusieurs mois de parcours pour honorer les conditions requises pour le dossier de candidature à l'élection présidentielle, nous nous heurtons à un refus catégorique des partis de la majorité de libérer les parrainages", a annoncé M. Seck dans un communiqué publié par la presse locale.

"Je me suis entretenu à plusieurs reprises avec les plus hauts responsables de l'UPR (Union pour la république), et la seule alternative qui me fût présentée est celle de renoncer à mes ambitions politiques et de m'aligner derrière leur candidat", a-t-il ajouté, dénonçant un système de parrainage "sélectif, à la tête du client".

Six candidats ont soumis leurs candidatures au Conseil constitutionnel. Il s'agit, selon l'ordre de dépôt des dossiers, de l'ancien ministre de la Défense Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed dit "Ould Ghazouani", l'ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, l'anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, le président de l'Union des forces du progrès Mohamed Ould Mouloud, le jeune Mohamed Lemine Ould El Mourteji El Wavi et le professeur Kane Hamidou Baba, candidat de l'alliance "Vivre ensemble".

L'UPR, parti actuellement au pouvoir, a choisi M. Ould Ghazouani comme candidat à la présidentielle. Le président sortant Mohamed Ould Abdelaziz a décidé qu'il ne se représentera pas pour un troisième mandat.


Source: http://french.xinhuanet.com

Vendredi 10 Mai 2019
Boolumbal Boolumbal
Lu 60 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter