Mauritanie du Sud: Maïs est au Sénégal



 Près de 130 000 noirs mauritaniens,  essentiellement des peuls, avaient été déportés en 1989 au Sénégal et au Mali. Tant que ceux et celles qui souhaitent revenir sur les terres de leurs ancêtres en seront empêchés, et tant que la junte nourrira le dessein d’en expulser d’autres milliers en niant leur mauritanité, il n’y aura ni paix, ni stabilité dans la sous-région. »

MAKKA•مكه•MAÏS, 24/05/2024

HALIMATA BA, déportée à l’âge de 2 ans avec sa famille au Sénégal, a été désignée le 10 mai 2024 Représentante du mouvement MAÏS au Sénégal lors d’une réunion de cette organisation transformée en
1er Congrès Extraordinaire. 

Contacts de Halimata BA, Représentante de MAÏS au Sénégal : +221 77 337 14 48 bahalimata87@gmail.com

Cette assemblée avait pour ordre du jour l’affinage de la ligne politique concernant l’Autonomie des régions naturelles en Mauritanie et désigner les responsables provivoires des zones géographiques les plus impactées par la lutte pour l’Indépendance de la Mauritanie du Sud.  Le Sénégal et le Mali sont les pays les plus prioritaires pour l’implantation de MAÏS, la graine y germe déjà. Les déportés noirs mauritaniens en 1989/91 vers ces pays connaissent la valeur de la terre de leurs ancêtres pour en avoir été injustement privés par les suprémacistes arabes mauritaniens. C’est dans leurs camps de réfugiés de fortune que le combat de MAÏS est le mieux compris et accueilli. Leur exil forcé permet d’avoir moins peur que les personnes restées en Mauritanie et sont prises en otage par un régime militaire violent, raciste et génocidaire. 
Les déportés ont toutes les dispositions mentales pour libérer peut-être un jour la Mauritanie du Sud.

Pour avoir vécu longtemps avec la mort, les humiliations et les privations, ils sont prêts à tout pour recouvrer leur dignité, être respectés. Ils n’ont pas la peur au ventre et sont prêts à payer le prix fort pour retrouver un jour leurs villages, leurs pâturages d’antan,  leurs champs, leurs écoles,… Bonne chance à Halimata, une makkiste aguerrie, la déportée qui ne veut pas être naturalisée sénégalaise pour quon oublie toutes les atrocités commises par l’Etat mauritanien contre les noirs.  Elle est la 1ère à avoir filmé des indépendantistes dans les camps au Sénégal. Ils témoignaient à visage découvert et expliquaient ne voulaient plus de cette justice de la junte rendue à coups d’ouguiyas pour payer le prix du sang. C’est à chaque Général,  sa diya. Non! On ne rachète pas ses crimes en distribuant de l’argent. 

Ces déportés n’attendent aucune justice désormais, ils veulent juste l’I-N-D-É-P-E-N-D-A-N-CE!  Ils ne veulent plus dépendre du bon vouloir de leurs bourreaux.   Le Représentant au Mali a aussi été désigné pendant ce Congrès,  restez à l’écoute. 

Près de 130 000 noirs mauritaniens,  essentiellement des peuls, avaient été déportés en 1989 au Sénégal et au Mali. Tant que ceux et celles qui souhaitent revenir sur les terres de leurs ancêtres en seront empêchés, et tant que la junte nourrira le dessein d’en expulser d’autres milliers en niant leur mauritanité, il n’y aura ni paix, ni stabilité dans la sous-région. 

vendredi 24 mai 2024 MAKKA•مكه•MAÏS  DILLERE ADIINDE NGAM JEYTAARE WORGO LEYDI MORITANI (TEKRUUR) حركه الاصليين لإستقلال جنوب موريتان(تكرور ) Mouvement des Autochtones pour l’Indépendance du Sud mauritanien (TEKRUUR)

Dimanche 26 Mai 2024
Boolumbal Boolumbal
Lu 86 fois



Recherche


Inscription à la newsletter