Mauritanie – EMU mais après ?

L’un des accusés a beau s’enflammer et arguer mais non, mais non, il n’est question pour le moment que de concertation et éventuellement de «synergie» si affinités, l’incorruptible tonna quand même : «Alliance». Point. A la ligne.



Voici les amateurs de rapprochements et a fortiori de recompositions politiques prévenus. Désormais, le procureur Opinion veille. Et il a montré qu’il sait être implacable. Avant toute chose, il commence par requalifier les faits.

Comme dans une affaire récente : EMU versus réseaux sociaux. Là où le «réseauteur social» de base pouvait lire ce qui était écrit, à savoir «Plateforme de concertation et de suivi», le procureur Opinion énonça, magistral : «Alliance».

L’un des accusés a beau s’enflammer et arguer mais non, mais non, il n’est question pour le moment que de concertation et éventuellement de «synergie» si affinités, l’incorruptible tonna quand même : «Alliance». Point. A la ligne. Qu’on se le tienne pour dit et que cela serve de leçon en cette période préélectorale que l’on sait propice aux contorsions. Un EMU averti en vaut deux. Le juge Opinion veille et rien ne passera sous son radar.

De plus, il est, par définition, au fait de la réglementation et de toutes ses subtilités. Il sait par exemple qu’aux élections à venir, ne se présentera pas qui voudra mais qui pourra. Ne pourront que ceux qui seront forts d’un parti dûment reconnu. C’est une condition pour prendre le départ. Attention ensuite à ne pas faire chou blanc. Le coubertinisme n’est pas de mise. L’essentiel sera certes de participer mais avec un minimum de résultats. Sous un certain plancher (1% ?), si l’on ose écrire, on hypothèque ses chances pour les prochaines compétitions.

Du coup, la peur du gendarme peut inciter à solliciter par avance des renforts. Et c’est alors que le juge Opinion ouvre l’œil et le bon. Et cela d’autant plus que le «12 novembre » aura fait à la fois tilt et jurisprudence. Il va falloir y regarder désormais d’un peu plus près, au pédigrée de l’allié, passer au tamis ses faits et méfaits, ses fréquentations passées et présentes, bonnes et moins bonnes. Dit autrement, l’allié lui-même mais aussi les alliés de l’allié, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui.

Tout ce petit monde sera placé sous la loupe et scruté avec minutie. C’est que, depuis le 12 novembre, le juge Opinion dispose d’une police dédiée : la police des conduites publiques dont une compagnie spécialisée dans la traque aux EMU. Sans états d’âme, l’émotion n’étant pas son fort. La consigne du juge Opinion est sans appel afin que nul n’en ignore : ce qui a valu vaudra.

MB pour Kassataya.com

Source www.kassataya.com

Vendredi 18 Novembre 2022
Boolumbal Boolumbal
Lu 86 fois



Recherche


Inscription à la newsletter