Mauritanie : 42% des enfants ne fréquentent pas l’école !



L’UNICEF alerte sur la faiblesse alarmante des niveaux d’apprentissage : d’après les estimations, seuls un tiers des enfants âgés de 10 ans à travers le monde seraient capables de lire et de comprendre un texte simple



En amont du Sommet sur la transformation de l’éducation, l’UNICEF dévoile au siège des Nations Unies à New York son installation baptisée « Une classe en pleine crise de l’apprentissage »

On estime que près de deux tiers des enfants de 10 ans sont incapables de lire et de comprendre un texte simple.

C’est ce qu’indique l’Unicef Mauritanie dans un tweet publié ce mardi 20 septembre sur sa page Facebook, estimant la proportion des enfants mauritaniens en âge scolaire qui ne fréquentent pas l’école, à 42%.

« Sans action urgente, cette crise mondiale de l’apprentissage deviendra une catastrophe générationnelle », a posté l’Unicef.

« En dépit de la grande importance du cycle de l’enseignement préscolaire sous ses deux volets essentiels : les crèches et les jardins d’enfants, les chiffres disponibles sur l’enseignement préscolaire dans le pays ne sont pas encourageants et montrent qu’un taux important de nos enfants en âge de fréquenter l’enseignement préscolaire ne va pas aux jardins d’enfants et aux crèches », a affirmé récemment, la Première Dame de Mauritanie, Dr Marièm Dah.

Mme Ghazouani a fait ces déclarations officielles, à l’occasion de sa supervision, au Centre des Conférences Internationale à Nouakchott, du lancement de l’exécution du plan stratégique pour l’accélération du développement de l’enseignement préscolaire en Mauritanie,

Elle a félicité le gouvernement pour avoir pris conscience de cette question et agit pour la corriger grâce au lancement de ce plan stratégique prometteur et ambitieux et qui permettra l’accès de 100 000 de nos enfants à l’enseignement préscolaire, soulignant qu’une action rapide permettra de gagner le gage d’un enseignement préscolaire global et complémentaire duquel profiteront tous nos enfants et qui accordera un intérêt particulier aux enfants issus des couches déshéritées.

Non loin de ce sujet et toujours selon l’UNICEF, d’après de nouvelles analyses de données concernant plus de 100 pays et territoires, les garçons ont jusqu’à 1,3 fois plus de chances que les filles d’acquérir des compétences en mathématiques.

Le Fonds des Nations pour l’enfance (UNICEF) met en cause une « vision souvent stéréotypée » qu’entretiennent le personnel enseignant, les parents et les autres élèves au sujet de l’incapacité innée des filles à comprendre les mathématiques.

À l’approche du Sommet de l’ONU sur la transformation de l’éducation, l’UNICEF avertit que les faibles niveaux de compétence en calcul, surtout chez les filles, mettent en péril la capacité des enfants à apprendre, à se développer et à progresser. L’agence onusienne appelle donc les gouvernements à s’engager à offrir une éducation de qualité à tous les enfants.

Elle préconise la mise en place, de toute urgence la réalisation d’investissements supplémentaires afin de permettre à tous les enfants de retourner et de rester à l’école. L’objectif est d’améliorer l’accès aux cours de rattrapage, de soutenir le personnel enseignant et de s’assurer d’un environnement adapté pour l’éduction des enfants, notamment des filles.

Des enfants voués à l’illetrisme

Un modèle de salle de classe, nommée « la salle de la crise de l’école » sera présenté au public à l’entrée du siège de l’ONU entre le 16 et le 26 septembre.



Oumlbenina Mint Bamba



Source : Senalioune

Mercredi 21 Septembre 2022
Boolumbal Boolumbal
Lu 35 fois



Recherche


Inscription à la newsletter