Hommage émouvant et mérité à Abdoulaye Ciré Bâ : Le défenseur des causes justes



Les amis et proches du défunt journaliste Abdoulaye Ciré Bâ (ACB) se sont retrouvés le samedi 11 juin en fin d’après-midi dans la salle de réunion de l’Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM) pour lui rendre un hommage mérité. Organisée par ses amis et la Fondation Habib Mahfoudh, cette manifestation a regroupé un parterre de journalistes, acteurs politiques et hauts cadres de la République. Après la lecture de la Fatiha pour le repos du défunt, plusieurs orateurs ont pris la parole, magnifiant les traits de caractère de l’homme et son riche parcours professionnel : Radio-Mauritanie, Le Calame, Biladi, Institut Panos, L’Unité, Résistances et AMI. Un journaliste de talent, pétri d’humanisme, un grand intellectuel, un défenseur des causes justes, d’une Mauritanie unie et fraternelle.

Journaliste, ACB fut une des meilleures plumes de la presse nationale, si ce n’est la meilleure. « Ses qualité intellectuelles, humaines et son professionnalisme doivent servir de modèle pour les jeunes de notre presse », a souhaité Husseïn Meddou, président de la Haute autorité de la presse et de l’audiovisuel. Pour sa part, le président des amis d’ACB, Sedena Ould Abdel Vettah, a qualifié leur ami d’« encyclopédie », avant d’ajouter que l’homme surprenait par sa modestie et attirait par ses qualités intellectuelles, humaines et son sens des relations. Turkiya Daddah saluera, quant à elle, l’intellectuel auprès de qui elle a beaucoup appris. Très ému, un de ses très grands amis, Bâ Samba Diom, a prié pour le repos de son âme.

Poursuivant leurs témoignages, les intervenants ont dépeint le patriote, l’homme de principes, le défenseur des causes justes, un « homme qui n’a jamais accepté de tremper dans le mensonge et l’hypocrisie qui caractérisent, hélas, bon nombre de compatriotes », affirmait Boubacar Messaoud, président de SOS Esclaves. Et tous de mettre l’accent sur la modestie d’ACB qui « n’était pas porté sur le matériel et le paraître ». Il a vécu quasiment dans le dénuement et « partit sans presque rien laisser à ses enfants », éclatait en sanglots Bâ Abdoulaye Mamadou, dit Blé, maire de Bababé, avant d’ajouter : « s’il était vivant, il n’aurait pas accepté, par principe, cet hommage dans les locaux du Patronat ». Enfin ses amis politiques Mohamed Maouloud et Kadiata Malick Diallo ont salué son juste combat et reconnu les services qu’il a rendus à l’UFP et à la toute la Mauritanie, à travers son engagement pour les nobles causes.





Une dimension nationale

Après avoir remercié les amis d’Abdoulaye, l’ancien ambassadeur et oncle d’ACB, Bâ Aliou Ibra a fait remarquer, au nom de la famille, que cette heureuse initiative prouve combien l’homme certes né à Bababé avait et garde une dimension nationale. Et de citer à l’appui le gotha qui s’est déplacé pour lui rendre hommage, avant de brosser le parcours scolaire et professionnel ainsi que le sens des relations de son neveu. Revenant sur les grands moments de l’initiative des amis d’ACB et de la Fondation Habib, Mahfoudh, Elemine Mohamed Baba a rappelé le sens de l’évènement, à savoir garder vivace la mémoire de ce compatriote qui s’est illustré par un travail intellectuel de grande qualité, la défense des causes justes et pour le renforcement de l’unité nationale.

Évoquant les difficultés rencontrées par la commission de préparation, il a déploré le peu de cas accordé chez nous aux archives : « il a fallu se battre pour retrouver les textes majeurs d’ACB »; belle occasion de remercier la contribution déterminante de M. War qui vit en France et d’autres amis qui conservaient jalousement les écrits de leur ami. Ce travail de recherche a permis de confectionner un Florilège d’écrits de ce grand journaliste ; un recueil dédicacé et distribué à tous les participants. Après les nombreux hommages et témoignages, l’assistance a suivi un documentaire rapportant le regard du défunt sur les grands moments de l’évolution de la Mauritanie à travers sa capitale.

Déroulée en présence de l’épouse, les enfants et proches d’ACB, la cérémonie s’est clôturée avec la remise du prix Habib Mahfoudh par la Fondation dédiée au regretté directeur du Calame. La lauréate de cette année est Bintou Sow. Le prix a été remis par la présidente de la Fondation, madame Taghla, épouse de feu Habib.



Dalay Lam

Source: http://www.lecalame.info

Lundi 13 Juin 2022
Boolumbal Boolumbal
Lu 59 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter