Hommage au Pr. Lô Gourmo



Mamadou Kalidou BA - La dernière sortie de mon éminent collègue, le professeur Lô Gourmo a, comme on pouvait s’y attendre, fait des vagues. Et quelles vagues ?

Pourtant, tant dans son contenu que dans sa forme, son propos ne comporte aucune nouveauté puisqu’il n’a fait que répéter ce que beaucoup martèlent depuis des décennies. Donc si son écrit, puis sa vidéo ont suscité autant de bruit, c’est bien parce que celui qui a souligné le caractère raciste et anti négro-africain de l’Etat mauritanien et du gouvernement qui l’incarne, s’appelle Lô Gourmo et non Samba Thiam, Ibrahima Moktar Sarr, Ba Mamadou Alassane, Kaw Touré, Alassane Dia et bien d’autres voix progressistes encore !

Car, faudrait-il le rappeler, depuis la publication du « manifeste du Négro-mauritanien opprimé » par les Forces de Libération Africaine de Mauritanie (FLAM) en 1986, plusieurs générations de négro-africains n’ont cessé de dénoncer l’exclusion dont faisait l’objet leur communauté et d’appeler à un débat national pour refonder notre pays sur des bases égalitaires et justes.

Malheureusement, excepté le sage Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi qui avait, avec courage et sincérité, amorcé ce virage salutaire (journées de concertations au Palais des Congrès, retour organisé des déportés…), tous les autres régimes n’ont fait que consolider l’hégémonie de la communauté arabe sur les communautés noires de Mauritanie.

Et lorsque des patriotes sincères osent indexer cette infamie, au lieu de les écouter, la réaction de ceux qui nous gouvernent et de leurs suppôts est toujours la même : les traiter de « communautaristes », de « racistes » pour ne citer que les qualificatifs les moins sévères. Ainsi, de l’avis de ces extrémistes de la droite radicale, ce ne sont pas ceux qui exercent le racisme qui sont racistes et donc coupables, mais ceux-là qui, révoltés de subir l’exclusion dans les instances de leur pays, lèvent la voix pour réclamer l’égalité, la justice.

Qui peut encore aujourd’hui nier l’existence du racisme d’Etat lorsque depuis plusieurs décennies, au sein de tous les gouvernements, les Négro-africains qui représentent plus de 35 % de la population de la Mauritanie occupent à peine les 1/5 des postes du gouvernement ? Aux échelles inférieures (secrétariats généraux, directions et chefs de services, gouverneurs, préfets, directeurs de sureté, commissaires et autres) leur représentativité s’amenuise au point qu’elle devient quasiment inexistante.

Qui peut valablement nier l’instauration de ce système d’apartheid qui ne dit pas son nom lorsque aucune langue négro-africaine n’est officialisée encore moins enseignée alors que l’expérimentation de l’enseignement du poular, soninké et wolof a été réalisée avec succès par le défunt institut des langues nationales ? Qui a encore l’outrance de nier que les communautés négro-africaines sont exclues des sphères de la vie publique lorsque sur plus de six (6) autorisations de diffusion octroyées à des télévisions, et six autres à des radios, aucune n’est donnée à un Négro-africain, malgré de nombreuses demandes ? Et Pourquoi ?

Que dire des promotions qui sortent de nos écoles militaires, sorties à l’occasion desquelles, les dirigeants n’éprouvent plus aucune gêne à afficher des photos où les seuls rejetons de la communauté arabe posent fièrement comme si la Mauritanie était faite à 100% d’Arabes ! Monsieur ould Maham, le tout nouveau dépositaire de la langue de bois, et sacrosaint porte-parole du gouvernement, a beaux nier ces réalités mais les faits sont têtus.

C’est donc la situation calamiteuse que nous vivons qui a poussé les plus patients d’entre nous à laisser sortir ce cri dont on sent bien qu’il a été longtemps contenu pour se conformer à certaines convenances, pour éviter de blesser des camarades, pour ménager l’autre en espérant qu’il se rende compte par lui-même que la blessure qu’il inflige est de plus en plus insupportable.

L’ancien "Kadihine", idéologue du Mouvement National Démocratique (MND) et enfin éminence grise de l’UFP espérait peut-être ne jamais avoir à en arriver là. Si seulement ses amis Arabes, auprès desquels il chemina si longuement dans un combat commun, avaient su l’observer, le lire en lisant entre ses lignes depuis toutes ses années, ils se seraient alors rendus compte que leur frère d’arme souffrait, souffre énormément de cette lutte intérieure qu’il livrait en lui-même, pour que le cri de colère qui, en lui sourdait, ne perçât, tout à la fois déchirant et terrible.

S’ils avaient deviné le malaise ontologique de leurs indéfectible camarade, peut être auraient-ils crié à sa place et lui auraient-ils évité cette hypertension nerveuse et au-delà lui, auraient-il évité à la scène politique mauritanienne cette polarisation dangereuse dans laquelle elle s’engage à présent. Mais le regard fixé ailleurs, ils n’ont pas vu que leur « frère » souffrait, souffrait…

Aussi contrairement à beaucoup qui accusent l’éminent professeur et avocat d’avoir employé trop tard les bons qualificatifs pour décrire le racisme institutionnalisé en Mauritanie, moi je voudrais juste lui rendre un hommage que je veux le plus vibrant. Oui, cher collègue et aîné, mieux vaut tard que jamais. Aussi je vous prie d’agréer, par ces modestes lignes l’expression de la gratitude qui m’anime.

Pr. Mamadou Kalidou BA

Nouakchott, le 05/11/2018

Mardi 6 Novembre 2018
Boolumbal Boolumbal
Lu 116 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter