HANNA CHEIKH MALAININE. :CECI EST MON CRI, IL SE VEUT L’ÉCHO DES FRUSTRATIONS D’UNE GÉNÉRATION.



Je m’appelle Hanna. Je suis une jeune femme mauritanienne ambitieuse. Maman d’une adorable petite fille de 3 ans. Économiste de formation.Têtue. Parfois drôle et souvent maladroite.
Cette juxtaposition d’adjectifs me qualifie, Vous renseigne sur la personne que je suis.
Aucun de ces qualificatifs pris séparemment ne pourrait vous dresser un portrait exhaustif de ma personne. Je ne suis pas seulement femme. Ni uniquement économiste. Pas meme seulement mère. Je suis la somme de toutes ces choses et toutes ces choses, c’est moi !

L’analogie vous paraîtra sans doute prétentieuse mais je suis semblable à la Mauritanie. À ma Mauritanie!
Ma Mauritanie est multiple. Définie par sa pluralité. Bien plus qu’une simple juxtaposition de toutes les parties qui la composent, elle est la somme heureuse d’une diversité assumée.

Le caractère hybride de notre pays pris entre une arabo-berberité revendiquée et une africanité assumée en fait un pays trait d’union. Le trait d’union pour rappel est ce Vecteur de rapprochement entre deux entités parallèles.
Nous sommes ainsi ce pays où se mêlent la fausse pudeur d’une melahfa à l’explosion de couleurs du basin. Ou les chants de griots s’entremêlent aux appels du muezzin. Ou l’on sert un thieboudien au déjeuner et, bien que trop calorique, un couscous au dîner.

Nous sommes riches. Riches en poissons, en mineraies . Paraît-il meme que nous sommes riches en poètes. Mais nous sommes d’abord et surtout riches de nous-meme. 3,8 millions d’individus. 3,8 millions D’individualités. Différentes. Singulières. Et si semblable.
Quand il s’agit de se prosterner, front à terre, nous le faisons tous dans la même direction.
Et s’il venait que notre intégrité territoriale soit bafouée,c’est d’une seule voix que nous dirions non.

Nous sommes nés un 28 novembre, il y’a de cela une soixantaine d’année. Nous sommes si jeunes. Souvent immatures.
Des bêtises, ma Mauritanie en a faite et trop peu assumée.
Ma Mauritanie doit se regarder dans la glace et embrasser sa réalité. Notre Histoire n’a parfois pas été glorieuse. Nos écoles ont failli dans le rôle de ciment social. Nos politiques d’unité nationale ont été désastreuses.
Résultat : Ma Mauritanie melting-pot ne serait que voeu pieux ! Ce mythe d’une fusion heureuse des populations ne résiste que peu à l’analyse de la distribution économique des richesses et politique du pouvoir.
J’ai souvent mal à mon pays. J’ai mal quand en regardant le journal télévisé je me rends compte qu’il manque la mélanine aux postes de décision. J’ai mal en visitant les écoles publiques qui ne sont malheureusement plus le terreau de la mixité sociale. J’ai mal lorsque le principe meritocratique est tordu au nom d’une pseudo-représentativité tribale. J’ai davantage mal lorsque l’Occident, manipulé par une main-invisible mal intentionnée, ne voit en moi -Maure Blanche issue des beaux quartiers -qu’une misérable esclavagiste.

Ceci est mon cri. Il n’est pas seulement le cri d’une jeune fille entre 17h et 19h dans une salle du palais des congrès Nouakchottois. Ce cri se veut l’écho des frustrations d’une génération. De celles et ceux qui au delà des principes, familiaux, tribaux, régionaux et monochromatiques, souhaitent une Mauritanie d’opportunités. Une Mauritanie émergente. Qui, au lieu de crispations identitaires vaines, s’arment de sa diversité pour une entrée confiante dans la marche du développement.
Le développement nécessite la croissance.
La croissance nécessite l’énergie.
L’énergie se puisera en chacun d’entre nous.

Mesdames, Messieurs , 1+1 n’ont jamais fait 2. »

Hanna Cheikh Malainine.

Source: http://adrar-info.net

Lundi 19 Novembre 2018
Boolumbal Boolumbal
Lu 63 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter