Des avions de reconnaissance ont été envoyés au large de la Mauritanie pour rechercher l'avion du vol Air France Rio-Paris disparu

Un Airbus d'Air France transportant 228 passagers et qui assurait la liaison Rio de Janeiro-Paris-Charles-de-Gaulle a disparu des écrans radars lundi à 6h au large des côtes brésiliennes. "Il n'y a plus aucun espoir", a déclaré une source aéroportuaire.



Des avions de reconnaissance ont été envoyés au large de la Mauritanie pour rechercher l'avion du vol Air France Rio-Paris disparu
Un Airbus A330-200 d'Air France qui effectuait la liaison Rio de Janeiro-Paris a disparu vers 8h lundi matin. A bord du vol AF447 : 216 passagers dont 126 hommes, 82 femmes, 7 enfants et un bébé ainsi que 12 membres d'équipage. Cinq Italiens, deux Libanais et trois Marocains se trouveraient parmi les passagers.

"Il n'y a plus aucun espoir", a déclaré une source aéroportuaire vers 12h30. "A l'heure où je vous parle, l'avion n'est certainement plus en vol, il n'a plus de réserve de pétrole", a renchéri Pierre-Henri Gourgeon, le directeur général d'Air France. L'airbus A 330 qui a quitté la ville brésilienne à 19h (heure du Brésil) devait se poser initialement à 11h10 (heure de Paris) à l'aéroport de Roissy.

L'hypothèse la "plus vraisemblable" est que l'Airbus A330 "a été foudroyé", a estimé le directeur de la communication d'Air France, François Brousse. L'Airbus A330-200 a émis un message automatique à 02h14 ( 04h14 heures de Paris) signalant une panne de circuit électrique, après avoir "traversé une zone orageuse avec fortes turbulences à 04h du matin (heure de Paris).

Sébastien Krebs revient sur la chronologie des faits :


L'hypothèse d'un détournement "est clairement écartée" après la disparition d'un avion d'Air France entre le Brésil et la France, avait déclaré plus tôt dans la journée le ministre français de l'Ecologie et de l'Energie Jean-Louis Borloo, privilégiant "l'hypothèse d'un accident".

Un PC crise a été ouvert au Terminal 2E de Roissy où les familles ont été regroupées. Elles sont prises en charge par des équipes médicales. Dominique Bussereau, le secrétaire d'Etat aux Transports et Jean-Louis Borloo y sont attendus en début d'après-midi. Ils sont chargés de coordonner la totalité des secours.

Nicolas Sarkozy, qui se rendra dans l'après-midi à Roissy, a de son côté demandé "au gouvernement et aux administrations concernées de tout mettre en oeuvre pour retrouver la trace de l'avion et faire au plus vite la lumière sur les circonstances de sa disparition". Des "breguets", des avions de reconnaissance maritimes français ont été envoyés. Ils disposent de moyens de détections très important, d'une grande autonomie et devraient être sur zone d'ici quelques heures. Au Brésil, des avions ont aussi été envoyés au large de la Mauritanie.



Lundi 1 Juin 2009
Boolumbal Boolumbal
Lu 250 fois



Recherche


Inscription à la newsletter