Communiqué de la CVE-Coalition Vivre Ensemble : Libérez Gelongal BA !



CVE - Le 2 Juin 2022, Bjiby BA dit Gelongal, Porte-parole de la Coalition Vivre Ensemble (CVE), a été condamné à 2 ans de prison ferme, au même titre que Ahmed Mahfoudh Ould NAH et 5 autres personnes.

L’arrestation et la condamnation de Gelongal BA font suite à la réplique qu’il avait portée aux propos scandaleux de Ahmed Mahfoudh Ould NAH qui s’en était pris à la communauté peule, la qualifiant d’étrangère à la Mauritanie et lui faisant porter le chapeau de maints déboires que ce pays a connus.

Gelongal BA, parolier hors norme, traditionnaliste, activiste du vivre ensemble, mérite mieux que la place de prison qui est aujourd’hui la sienne, tant est noble son combat pour l’égalité, la dignité du citoyen, le respect des valeurs et la culture de l’unité nationale.

La CVE, respectueuse des institutions de la République, ne saurait faire un mauvais procès à l’une d’elles, encore moins jeter le discrédit sur une décision de justice, mais est fondée à penser que la réplique donnée par Gelongal à Ahmed Mahfoudh, dont le caractère outrancier des propos et le danger que ceux-ci font peser sur la paix et la cohésion nationale, a été sortie de son contexte ; et qu’une réplique non circonscrite à sa juste mesure peut toujours donner lieu à conjecture et interprétation.

Toute infraction pour qu’elle soit avérée devant se fonder sur la réunion des 3 éléments constitutifs (légal, matériel et moral), celle reprochée à Djiby BA dit Gelongal est dépourvue de toute intention malveillante ; la déclaration de l’intéressé, en sa qualité de poète connu pour ses paraboles, ne devant point être analysée au premier degré au risque de lui donner – comme cela a été le cas – une signification ou une ampleur qui n’est pas la sienne.

Gelongal a, à ce titre, réitéré que sa réplique n’est adressée qu’à Ahmed Mahfoudh et à lui seul et qu’elle n’est sous-tendue par aucune volonté de nuire, de blesser, de porter tort à tiers ou de se mettre en porte-à-faux par rapport aux lois de la République.

Aussi, la CVE rappelle que la place de Gelongal BA n’est pas la prison ; lui dont le rôle est celui de lanceur d’alerte et sa mission celle de veille et dé dénonciation de toute posture qui mine la cohésion sociale et va à l’encontre des idéaux d’unité nationale, de renforcement de la démocratie et de l’ancrage de l’Etat de droit.

Au vu de ce qui précède et considérant que la réplique de Gelongal ne devrait être circonscrite qu’à son aspect de réponse à Ahmed Mahfoudh dont la dérive verbale et les propos ont provoqué colère et indignation, la CVE demande la libération de Djiby BA dit Gelongal.

Elle interpelle la justice sur le fait que tout parallèle entre l’indignation de Gelongal qui lui a valu la prison et le comportement inqualifiable de Ahmed Mahfoudh ne fera que créer la confusion et nourrir l’incompréhension ; l’un mettant en garde contre des agissements ayant déjà mis à mal l’unité nationale et l’autre s’évertuant à alimenter la haine et cultiver la discorde.

Libérez Djiby BA, relâchez GELONGAL !! Et ce ne sera que justice rendue.

Nouakchott, le 14 Juin 2022

La Commission Exécutive de la CVE

Source : CVE-Coalition Vivre Ensemble

Mercredi 15 Juin 2022
Boolumbal Boolumbal
Lu 77 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter