Vidéo – Mauritanie : vives tensions autour de l’accaparement de terres dans la vallée du fleuve Sénégal



L’accaparement de terres des habitants de la vallée du fleuve Sénégal par des investisseurs du Golfe suscite colère et tensions en Mauritanie. Paysans, leaders de partis politiques et membres de la société civile dénoncent cette pratique qui porte préjudice aux communautés de cette région.

Plusieurs milliers de paysans de la région du Brakna, dans le département de Boghe (à 300 kilomètres au sud-est de Nouakchott, dans la vallée du fleuve Sénégal), habitant les communes de Dar El Barka et Ould Birome, sont mobilisés depuis quelques jours, pour faire échec à un projet agricole initié en 2015.

A Nouakchott, la Coalition Vivre-Ensemble (CVE, opposition, issue de la mouvance nationaliste noire), qui a soutenu la candidature de Kane Hamidou Baba lors de l’élection présidentielle du 22 juin 2019 en Mauritanie, dénonce «l’accaparement et le bradage des terres» dans une déclaration rendue publique lundi 27 août.

Le document revient sur le cas de l’attribution «à l’Autorité arabe pour l’investissement et le développement agricole (AAAID) de 3.200 hectares de terre» dans cette zone.

Ce problème est redevenu d’actualité ces derniers jours, suite à l’arrivée sur les lieux d’engins destinés à réaliser les
La CVE condamne «des attributions du foncier rural faites en violation flagrante des Codes foncier, forestier, agropastoral et environnemental. Des faits qui constituent une atteinte grave à la Charte Africaine de Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP)».

Ses militants réaffirment leur «soutien total aux populations, rend[ent] l’Etat mauritanien seul responsable des conséquences de ces actes sur la paix et la cohésion sociale. Exige[nt] l’annulation pure et simple de tous les projets d’attribution des terres à vocation agropastorale, au vu des dangers qu’ils constituent. Encourage[nt], à défaut de toute consultation ou consentement des populations, à refuser le bradage de leurs terres au profit de l’agro-business, au détriment de la paix et de la cohésion sociale».

La question de l’accaparement des terres apparaît comme une bombe à retardement dans cette partie mauritanienne de la vallée du fleuve Sénégal, mais aussi dans tous les pays d’Afrique, et à travers de nombreux pays du monde.

C’est ce qui explique «une annonce récente, aux allures de coup de tonnerre» de la Cour pénal internationale (CPI), classant cette pratique au rang des infractions qualifiées «de crimes contre l’humanité».


heikh Sidya

Correspondant à Nouakchott



Source : Le 360.ma (Maroc)

Mercredi 2 Septembre 2020
Boolumbal Boolumbal
Lu 786 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter