Lo Gourmo vice président de l'UFP a écrit : Quel système éducatif pour nous?



Les journées de concertation sur le système éducatif qui prendront fin en principe aujourd'hui 20 novembre devront répondre à cette question lancinante que les mauritaniens se posent depuis l'aube de l'indépendance. A ce jour, la seule réponse globale et viable qui lui a été apportée dans un esprit d'unité et d'indépendance nationales fut celle donnee en 1979 grâce à la ferme volonté patriotique du Président Mohamed Khouna Ould Haidalla et ses plus proches compagnons d'armes. Pour mettre fin à la guerre linguistique larvée qui pourrissait la vie politique, économique et sociale et rendait de plus en plus impossible tout progrès dans le pays, son regime décida, pour la première fois dans notre histoire, que " notre système éducatif sera basé sur nos langues nationales Arabe, Pulaar, Sooninke et Wolof, assurant une indépendance culturelle véritable du pays et renforçant l'unité nationale du peuple mauritanien" ( voir note de présentation du décret num 81 072 du 15/07/ 1981 fixant les alphabets des langues pulaar, sooninke et Wolof en caractères latins, signé par Maouwiya Ould Taya alors Premier Ministre).
Il est clairement indiqué que ce système éducatif " se fondera sur UNE OFFICIALISATION DE TOUTES NOS LANGUES NATIONALES, la transcription en caractères latins et l'enseignement du pulaar, sooninke et Wolof qui devront donner LES MEMES DEBOUCHES que l'Arabe".
Le système éducatif préconisé et dont la mise en œuvre effective va commencer avec la création de l'institut National des Langues et le début de l'apprentissage de ces langues aura donc pour piliers :
1. L'officialisation de toutes les langues nationales
2. La prise en compte des progrès déjà réalisés en matière de transcription des langues en vue notamment d'assurer leur communicabilité academique avec le reste du monde
3. L' égale assurance de leurs debouchés sur le marché du travail et dans l'administration publique.
4. Le respect des acquis en matière d'enseignement et de pratique du français comme langue d'ouverture internationale et comme langue d'usage courant pour ceux qui ont été formés dans cette langue et pour une période donnée .
Une période de transition ( 6 ans ) avait été prévue pour assurer une fluidité dans le glissement de l'ancien système vers le nouveau.
Au bout du compte, suite aux nouvelles orientations prises par le regime de Maouwiya après le renversement de Ould Haidalla et de la crise identitaire profonde qui en resulta, cette approche patriotique et unitaire du système éducatif fut purement et simplement abandonnée et remplacée par le système hybride, catastrophique, sans tête ni queue qui a cours actuellement.
Pour sortir de l'impasse actuelle, il faut en revenir à l'esprit et à la lettre du consensus de 1979, certes en le réamenageant pour l'adapter aux contraintes et besoins nouveaux mais aussi au progrès que notre pays et le reste du monde ont connus depuis lors sur le plans pédagogiques, technologiques, scientifiques, socio-politiques et culturels. Il en va de notre unité et de notre développement comme nation indépendante.


Source: Lo Gourmo

Dimanche 21 Novembre 2021
Boolumbal Boolumbal
Lu 81 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter