Génocide au Rwanda: Emmanuel Macron reconnaît pour la France « une part de responsabilité »

Le président français a déclaré jeudi que la France avait une part de responsabilité dans les événements qui ont conduit au génocide du Rwanda en 1994. Un acte d’« immense courage » qui a « plus de valeur que des excuses », a déclaré le président rwandais Paul Kagame.



« La France n’a pas été complice. Le sang qui a coulé n’était pas le fait de ses soldats. Mais la France a un rôle, une histoire et une responsabilité politique au Rwanda. Elle a un devoir, de regarder l’Histoire en face. Elle doit reconnaître sa part de responsabilité », a lancé le chef de l’État dans un discours prononcé au Rwanda jeudi.

Le président n’a pas présenté formellement d’excuses. « La France a fait trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de la vérité » et « n’a pas su tirer les conséquences appropriées », estime-t-il. « En résulte 27 années de souffrances », alors Emmanuel Macron a dit venir « reconnaître nos responsabilités ».

« La France n’a pas compris » ce qu’il se passait selon Macron
Emmanuel Macron est arrivé jeudi 27 mai 2021 à Kigali, où il entend tourner la page de relations particulièrement tendues avec le Rwanda depuis le génocide des Tutsis en 1994, pour lequel un rapport d’historiens a récemment conclu à la « responsabilité » de la France.

« La France n’a pas compris qu’elle restait de fait aux côtés d’un régime génocidaire. En n’écoutant pas les alertes des plus lucides observateurs, la France a endossé une responsabilité accablante », a déclaré le président français lors d’un discours prononcé en fin de matinée au mémorial Gisozi de Kigali, où sont ensevelis les corps de 250 000 victimes du génocide, qui fit quelque 800 000 morts tutsis et hutus en trois mois.

Un discours attendu par le Rwanda

Son homologue rwandais, Paul Kagamé, ancien chef de la rébellion tutsie qui mit fin au génocide en prenant le pouvoir, a estimé à l’occasion d’une visite en France la semaine dernière que le temps du « pardon » était venu, même si les historiens n’ont pas retenu la « complicité » de la France dans le génocide qu’il a dénoncée dans le passé.

Le discours tenu jeudi par Emmanuel Macron au mémorial du génocide de 1994 à Kigali était un acte d’« immense courage » qui a « plus de valeur que des excuses », a déclaré le président rwandais Paul Kagame lors d’une conférence de presse commune.

Un ambassadeur prochainement nommé

Enfin, Emmanuel Macron a annoncé la nomination prochaine d’un ambassadeur français au Rwanda, où le poste est vacant depuis 2015 en raison des tensions entre les deux pays sur le rôle de la France dans le génocide de 1994. «La normalisation de nos relations ne peut s’engager sans cette étape», alors que la France est actuellement représentée à Kigali par un chargé d’affaires, a déclaré le président français.

Fabien CAZENAVE


source: https://oeildafrique.com

Jeudi 27 Mai 2021
Boolumbal Boolumbal
Lu 49 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter