Gabriel CYMPER ou la fin d'un artisan du génocide en Mauritanie



Gabriel CYMPER dit Djibril Ould Abdallahi s'est éteint. Comme ministre de l'intérieur du génocidaire Moawiyya Ould Taya, il fut l'un des artisans les plus implacables de la politique éliminationniste ourdie par ce dernier et son régime durant les années de braise (1986-1991). Cymper fut le commanditaire zélé des sinistres conditions de détention de nos camarades
au bagne mouroir de Oualata qui coûtèrent la vie aux martyrs Abdoul Ghoudouss Ba, Alassane Oumar Ba, Tène Youssouf Guèye et Tafsirou Djigo Cymper fut en outre le maître d'oeuvre sans scrupules et sans états d'âme des déportations massives de milliers de citoyens négro-africains, du dépleuplement planifié de localités entières.

La répression terrifiante que lui, ses complices ont perpétrée dans le cadre du système discriminatoire et ségrégationniste qu'ils ont institué a conduit des milliers de Mauritaniens relégués au rang de sous-citoyens vers l'exil. L' inique loi d'auto-amnistie du 14 juin 1993 adoptée par une "assemblée nationale" aux ordres a épargné à Cymper et à ses complices de rendre des comptes devant la justice malgré les demandes légitimes des victimes ou de leurs ayants-droit .

Des génocidaires connus et identifiés pour des crimes documentés restent de ce fait en liberté voire tiennent le haut du pavé du système militaro-politique du pays. Ils ont jusqu'ici échappé à la justice des hommes. Rattrapés par la mort, ils n'échapperont pas à la justice du ciel. Pour leur part, les FLAM exigent plus que jamais l'abrogation de l'inique et scélérate loi d'amnistie, filet de protection des criminels. Les FLAM exigent que justice soit enfin rendue aux victimes et à leurs proches.

Le 31 décembre 2020
Le Département de la Communication des FLAM

Vendredi 1 Janvier 2021
Boolumbal Boolumbal
Lu 825 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter