Esclavage : en Mauritanie, y a-t-il une réelle volonté politique d'y mettre fin ?



Il peut sembler étrange aujourd'hui de parler de l'existence de pratiques esclavagistes sous leur forme traditionnelle et héréditaire.

Mais ces pratiques existent toujours dans l'État désertique de la Mauritanie, situé au nord-ouest du continent africain - bien que les opinions divergent quant à leur prévalence, et si elles sont enracinées dans la société ou simplement se rapportent à des cas isolés.

Récemment, les autorités mauritaniennes ont rendu une décision reconnaissant officiellement le mouvement abolitionniste connu sous le nom de mouvement IRA (Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste), 13 ans après avoir été créé dans le but d'appeler à l'abolition de l'esclavage et de défendre les droits des anciens esclaves.

Certains en Mauritanie se sont montrés optimistes quant à cette démarche, qu'ils considéraient comme s'inscrivant dans le cadre d'une approche plus explicite de la question des pratiques esclavagistes dans le pays par le président Mohamed Ould Sheikh Al-Ghazwani, par rapport à ce qui a été qualifié de négligence et de déni par ceux qui l'ont précédé au pouvoir. Mais il y a ceux qui parlent de l'absence persistante d'une véritable volonté politique de résoudre le problème et d'aider ceux qui en souffrent.

L'ampleur du problème

En 1981, la Mauritanie est devenue le dernier pays au monde à abolir l'esclavage. Mais un rapport d'Amnesty International de 2016 indiquait que 43 000 personnes, soit environ 1 % de la population mauritanienne, étaient réduites en esclavage par des pratiques esclavagistes.

Le Global Slavery Index, dans sa dernière version publiée en 2018, estimait qu'il y avait 90 000 personnes vivant en "esclavage moderne" en Mauritanie, soit 2,4 % de la population, alors que 62 % sont "exposés" à ce type d'esclavage.

Mais l'homme politique mauritanien, l'opposant et chef du mouvement IRA, Biram Dah Abeid, affirme à la BBC que ce pourcentage est beaucoup plus élevé, puisqu'il atteint 20 %.

Il n'y a pas de statistiques officielles sur l'ampleur du problème, et les gouvernements mauritaniens successifs ont généralement fait valoir que les chiffres publiés par les organisations internationales des droits de l'homme sont exagérés et que la question est exploitée à des fins politiques.

Esclavage traditionnel ou moderne ?

Le concept traditionnel et historique de l'esclavage implique qu'une personne (l'esclave) est la propriété légale d'une autre (le maître), obéit à tous ses ordres, travaille pour lui gratuitement et est achetée et vendue comme s'il s'agissait d'un bien matériel. Les enfants d'esclaves deviennent des esclaves héréditaires.

Malgré les lois et chartes internationales criminalisant l'esclavage dans ce sens historique, il a persisté et a pris d'autres formes modernes, telles que la traite des êtres humains à des fins d'exploitation sexuelle, les forçant à travailler, à commettre des crimes ou à voler leurs organes. Il y a aussi le travail forcé, le mariage forcé et la servitude des enfants.

Les observateurs des déclarations des responsables gouvernementaux en Mauritanie au cours de la dernière décennie remarqueront qu'elles ont oscillé entre une totale négation de l'existence de pratiques esclavagistes dans le pays et une reconnaissance de leur existence, mais sous la forme de cas isolés dans des zones rurales reculées.

Le journaliste, Aziz Ould Al-Sufi, vice-président du Syndicat des journalistes mauritaniens, affirme que "l'esclavage en tant que pratique publique n'existe pas en Mauritanie, mais il n'y a que des traces et des vestiges de ce phénomène honteux", une opinion que le Dr Sidi Mohamed Ould El Mostafa Ould El Gaid, président de la Société mauritanienne de sociologie, partage.

Il estime que "les pratiques à caractère servile n'existent plus, du moins dans leur style classique grossier, dans la société mauritanienne de quelque manière que ce soit, en raison de l'existence d'un arsenal juridique et judiciaire qui les criminalise explicitement et catégoriquement".

Mais il reconnaît que la société mauritanienne "souffre toujours des répercussions sociales de ce phénomène odieux, car on constate de temps à autre que des cas isolés sont décelés dans ce contexte."

Quant au chef du mouvement IRA, Biram Dah Obaid, il affirme que les victimes "sont réduites en esclavage par servitude héréditaire à travers la lignée maternelle. Elles naissent comme la propriété d'autrui; qui dispose de leurs droits, de leur vie, de leurs muscles, et de la sueur de leur front, comme le fait le propriétaire pour son bien... Ce crime est répandu en Mauritanie, et sa pratique est aujourd'hui la même que celle pratiquée dans l'ancien temps par les Arabes et les Africains. Ce n'est donc pas de l'esclavage moderne, mais l'esclavage traditionnel est répandu et beaucoup en sont victimes".

Le professeur Stephen King, professeur à l'Université de Georgetown, parle dans un document de recherche publié par l'Arab Reform Initiative en août dernier de deux types d'esclavage en Mauritanie, dont le premier est l'esclavage héréditaire basé sur la lignée "qui traite les humains comme une propriété", et le second concernant d'autres "vivant sous le poids de l'esclavage moderne ou de conditions similaires à l'esclavage".

Les organisations de défense des droits de l'homme du pays annoncent de temps à autre la découverte de cas d'esclavage, dont le plus récent pourrait avoir été l'annonce par la Commission nationale mauritanienne des droits de l'homme en novembre 2021 d'un cas d'esclavage qui avait été découvert dans le village d'Ain Ferba à l'est du pays, à la suite d'une enquête.

Cela a été précédé en mars de la même année par une déclaration de l'Organisation de secours des droits de l'homme, qui a parlé de la découverte d'un cas d'esclavage dans la ville de Ouadane, dans le nord de la Mauritanie, où il a fait référence à une cérémonie de mariage tenue dans la ville, au cours de laquelle les familles des jeunes mariés s'accordaient sur une dot du montant d'un "serviteur", en plus d'un chameau.

"Les Haratines"

Le professeur King affirme que l'esclavage en Mauritanie "est également caractérisé comme de l'esclavage racial. Dans un pays dont la population est largement appauvrie, l'élite arabo-berbère arabophone domine sans relâche les articulations de l'État mauritanien et de son économie".

Il ajoute que ce groupe s'appelle les "Al-Baidan" (Al-Bayd), alors que les victimes de l'esclavage des Noirs (ou "Soudan") sont celles qui appartiennent à la culture arabo-islamique en Mauritanie.

Les noirs qui ont été libérés de l'esclavage en Mauritanie sont appelés "haratines", et parfois ce titre est associé aux "esclaves" en général.

En 2013, la "Charte des droits politiques, économiques et sociaux des Haratines" a été annoncée par certains fils Haratines et d'autres qui croient en l'égalité et soutiennent les segments marginalisés du pays.

En 2014, une marche de masse a été organisée pour exiger la mise en œuvre de ce document, et depuis cette date, une marche annuelle est organisée pour rappeler la souffrance de ce segment de la population et exiger un changement de sa condition.

Législation... mais...

Malgré le décret présidentiel qui a aboli l'esclavage en Mauritanie en 1981, aucune loi pénale n'a été promulguée à l'époque pour faire respecter cette interdiction.

En 2007, la Mauritanie a adopté une loi permettant de poursuivre les propriétaires d'esclaves, mais elle a rarement été appliquée, selon les défenseurs des droits humains locaux et internationaux et selon les rapports des Nations Unies. En effet, un grand nombre de militants anti-esclavagistes ont été poursuivis et emprisonnés.

En 2015, le gouvernement mauritanien a créé trois tribunaux spéciaux pour juger les personnes accusées de pratiques d'esclavage, mais il n'a également enquêté que sur quelques cas.

Selon le rapport 2020 sur la traite des personnes du Département d'État américain, la Mauritanie a enquêté sur un cas et inculpé cinq personnes pour traite des êtres humains. Le rapport note qu'aucun propriétaire d'esclaves n'a été détenu en prison.

Obaid dit que l'une des raisons de ne pas appliquer la législation relative à l'interdiction de l'esclavage est que "beaucoup de ceux qui contrôlent la société, le pouvoir judiciaire et la sécurité croient encore que l'esclavage est une pratique légitime et sacrée qui ne doit pas être violée ou démantelée."

Facteurs économiques, sociaux et religieux

Professeur de sociologie, Dr Sidi Mohamed Ould El-Gaid a déclaré que les raisons de la persistance des sédiments sociaux du phénomène, et ce qu'il a décrit comme une suspicion qui s'observe de temps à autre "dans des cas isolés," tient à un certain nombre de facteurs, y compris la "dominance des valeurs traditionnelles et des systèmes culturels" sur la société, où la structure tribale est encore inébranlable. Le vocabulaire de la "hiérarchie sociale" est toujours influent et difficile à faire disparaître.

Il évoque également le faible niveau de conscience civile et sociale "en raison de la fragilité du système éducatif", et la propagation des taux d'extrême pauvreté parmi les anciens esclaves.

Ould Al-Sufi affirme que malgré la législation et l'accent mis par le président Mohamed Ould El-Ghazouani sur l'élimination de "l'esclavage et ses vestiges", les enfants d'anciens esclaves "vivent toujours dans l'injustice et l'exclusion avec tout ce que cela implique de pauvreté, de fragilité et de privation", et attribue cela à plusieurs facteurs tels que la propagation du chômage, la crise du logement et la médiocrité des services, le niveau médical, le niveau d'éducation, "l'absence de justice et la propagation des pots-de-vin et de la corruption", qui, selon lui, doublent leur souffrance.

Obaid parle de ce qu'il considère comme une raison religieuse, car il dit que "les livres et les interprétations en vigueur, qui sont la seule interprétation des textes juridiques du Coran et de la Sunnah en Mauritanie, considèrent encore l'esclavage comme un sixième pilier de l'Islam". Cette loi traite des questions d'esclavage en tant que droit du propriétaire, de l'exploiteur et du bourreau d'esclaves.

Volonté politique

Les points de vue des organismes internationaux et locaux de défense des droits de l'homme concernés par la lutte contre l'esclavage en Mauritanie variaient quant à savoir s'ils avaient perçu l'existence d'une réelle volonté politique d'améliorer les conditions de ces personnes depuis l'entrée en fonction d'Al-Ghazwani en août 2019.

Depuis son arrivée au pouvoir, le président Ghazwani a cherché à se réconcilier avec les groupes d'opposition, a abordé la question des relations interethniques et a nommé un Premier ministre qui appartient à la catégorie "Haratine".

Le gouvernement mauritanien a accueilli une délégation d'un groupe de pression anti-esclavagiste américain appelé "Abolition Group", qui s'était auparavant vu refuser l'entrée dans le pays.

Al-Ghazwani a également rencontré le politicien de l'opposition et chef du mouvement "IRA", Biram Obeid, et son gouvernement a accordé une reconnaissance au mouvement dont les militants, dont Obeid, avaient déjà été emprisonnés.

Ould El-Soufi estime que le président mauritanien "a accordé un grand soin à éradiquer les vestiges de l'esclavage, en insistant sur la nécessité de l'éducation universelle et la lutte contre la pauvreté".

l a également créé une agence spéciale pour lutter contre les effets de l'esclavage et éliminer les vestiges de la pauvreté, la marginalisation et la privation.

Mais la "Charte des droits politiques, économiques et sociaux des Haratines" a déclaré dans un document évaluant leur situation pendant les deux années du règne de Ghazwani et publié en septembre dernier, que l'évaluation montrait la poursuite de "l'engagement de la politique de déni et mépris du dilemme de l'esclavage et de la question des Haratines".

Obaid estime qu'"il existe une volonté politique de la part d'Al-Ghazwani de résoudre le problème, mais elle est fortement combattue par ceux qui l'entourent et par la classe politique et tribale influente de la société".

Malgré les signes positifs et les apparents efforts législatifs et réformateurs déployés par les autorités ces dernières années pour faire face au phénomène de l'esclavage en Mauritanie, la route semble encore longue et, selon de nombreux observateurs, elle nécessite un traitement radical à plusieurs niveaux, économique , social, éducatif, politique et judiciaire, non seulement pour éliminer le phénomène, mais aussi pour aider ses victimes et leurs enfants qui souffrent de la pauvreté et de la marginalisation.

Somaya Nasr
BBC News Arabic


Source: https://www.bbc.com

Samedi 22 Janvier 2022
Boolumbal Boolumbal
Lu 61 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction


Recherche


Inscription à la newsletter