«Les Noirs de Mauritanie sont victimes d’un racisme orchestré par l’Etat»



«Les Noirs de Mauritanie sont victimes d’un racisme orchestré par l’Etat»
Biram Ould Dah Abeid, le président de l’IRA, a été arrêté le 1er mai dernier à son domicile.Avec dix autres militants anti-esclavagistes, il est accusé d’avoir brûlé des ouvrages de référence des sciences islamiques, reprochant à leurs auteurs d’avoir justifié la pratique de l’esclavage en Mauritanie au nom de l’islam.Selon eux, l’incinération visait à «débarrasser la Mauritanie d’ouvrages musulmans dépassés qui incarnent et soutiennent la légalité de la pratique de l’esclavage».Ci-après un entretien qu’il a accordé avant sa détention à Dakar elwatan.com le 24 avril dernier

Question : Quelle est actuellement la situation des droits de l’homme en Mauritanie et particulièrement celle de la population noire que vous dites représenter ?

Biram Ould Dah Abeid : La situation des droits de l’homme en Mauritanie est actuellement très difficile.Le régime dictatorial en Mauritanie ne respecte pas les libertés démocratiques. Il empêche toute forme d’organisation et réprime systématiquement les manifestations pacifiques. Le droit à l’expression est également foulé aux pieds. La situation est intenable.

Question : Est-il vrai que la pratique de l’esclavage se poursuit en Mauritanie ?

BDA : C’est, malheureusement, la triste réalité. Actuellement, l’esclavage bat son plein en Mauritanie. 5% de la population en Mauritanie sont des esclaves domestiques. Ces derniers n’ont pas accès à l’éducation et n’ont pas le droit de posséder des pièces d’état civil. Ce qui fait qu’ils n’ont pas le droit à la propriété et ne peuvent pas voyager. Il faut ajouter que ces personnes ne bénéficient pas de repos, encore moins d’un salaire. Ils subissent régulièrement des châtiments corporels. Pis encore, ils n’ont aucun droit sur leurs enfants et n’ont pas le droit au mariage. Et je vous informe que le phénomène s’est aggravé.

Question : Comment expliquez-vous cette aggravation ?

BDA : Et bien tout simplement à cause de la réactivation de la filière orientale de trafic d’esclaves de Mauritanie vers les pays du Golfe. La situation des Noirs est actuellement très difficile car ils sont victimes d’un racisme orchestré par l’Etat lui-même.

Question : Quel est, selon vous, l’objectif visé à travers le traitement infligé à la population noire ?

BDA : Le traitement infligé aux Noirs vise avant tout à dénégrifier davantage la Mauritanie. La majorité de la population mauritanienne est noire. Mais il y a une minorité arabo-berbère qui justifie son accaparement du pouvoir par un alibi démographique qui est faux. C’est cet état de fait qui les pousse à sévir davantage et à rendre la vie impossible aux Noirs.

Question : Y a-t-il, en ce moment, des militants de votre mouvement en prison ?

BDA : Oui, il y en a plusieurs dizaines. Il y a des vagues de prisonniers qui se relayent dans les prisons du régime. Le pouvoir opère régulièrement des rafles. Les gens sont emmenés dans des lieux inconnus. D’autres ont dû fuir pour éviter de subir les exactions du régime.

Question : Et quel est le nombre de Mauritaniens noirs qui ont fui ?

BDA : Il y en a environ 220 000. Ils se répartissent entre le Sénégal et le Mali.

Question : Y a-t-il des Noirs qui ont été exécutés par le pouvoir ?

BDA : Oui. Entre 1986 et 1992, il y en a eu 6700.

Question : Les Mauritaniens noirs ont-ils le droit de créer des associations de défense des droits de l’homme ?

BDA : Pas du tout. Les associations qui ne sont pas parrainées par des arabo-berbères ne sont pas autorisées à activer.

Question : Quelles sont les principales revendications de l’IRA ?

BDA : Le départ de la dictature et la déconstruction totale de la gouvernance raciste et esclavagiste.

Question : Vous accusez la Mauritanie d’avoir aidé les Arabo-Berbères (Touareg) du nord du Mali à créer un Etat ? Avez-vous des éléments de ce que vous avancez ?

BDA : Oui, nous avons des éléments. Le MNLA est né à Nouakchott. Ce mouvement s’est armé dans la capitale mauritanienne. Nous connaissons leurs villas et les officiers qui les encadrent sur place. Nous savons aussi que l’Etat et l’armée ont mis à leur disposition des moyens.

Question : Y a-t-il d’autre pays de la région qui aident le MNLA ?

BDA : A ma connaissance non. Je n’ai pas d’autres éléments en ma possession.

elwatan.com

Mardi 29 Mai 2012
Boolumbal Boolumbal
Lu 191 fois

Nouveau commentaire :

Vous pouvez vous exprimer sur tous les articles publiés ici, mais veuillez vous abstenir d'insulter ou de vous attaquer à des personnes.

Merci de votre compréhension.
La rédaction

Recherche


Inscription à la newsletter